1er Avril 2018 : J2 Frontenac – Bourdelles

Après une toilette grâce aux sanitaires accessibles de Jean Claude et Anita, nous savourons le yahourt et les confitures maison face au généreux cerisier qui nous régale. Jusqu’a 11h nous parlons liberté, écologie et autonomie énergétique.

Le départ ensoleillé est bien plus enthousiaste que celui d’hier ! Après 12km sur une piste en site propre au coeur des vignes, nous rejoignons le place bordee d’arcades dans le beau village de sauveterre de guyenne.

Là nous rejoignons le réseau de routes départementales, bien paisibles en ce dimanche de Pâques. Francoise s’approche d’un chateau labellisé démeter car sa réclame écrite en chinois lui rappelle son cher fils que l’amour retient la bas. Lui est un homme d’affaires qui investit dans le vignoble Bordelais tout en réhabilitant ce terroir historique par sa pratique bio. Chez lui les pieds de vignes ne sont pas désherbés, au contraire ils poussent cerclés de fleurs et d’herbes fixatrices d’azote. Touché par la proximité de coeur chinoise de Francoise, il offre deux bouteilles… Que nous dégusterons ce soir, youpi, merci Francoise !

Là, l’accueil de notre hôte au Relais de Garonne est très chaleureux. Il est fier de nous montrer les aménagements (rampe + siège douche) spécialement installés pour mon passage en fauteuil roulant. Dans cette maison du 15eme, les murs en pierre chapeautés d’une charpente en bois hébergent de superbes chambres. Dans la mienne, une salle de bain superbe avec douche a l’italienne, wc accessibles et inclusion de verre dans le mur de pierre laissant entrer la lumière du jour est aménagée. Le tout pour 28€/personne petit déjeuner compris !

Au sommet de la colline suivante les roues libres décident de pic niquer au soleil, un bosquet nous abritant du vent. Les provisions s’amenuisent, le poids s’allège, et heureusement vu le dénivelé cumulé qui nous attend ! C’est l’occasion de découvrir d’autres limites du stricker: si en terrain plat j’ai une autonomie de 120 km, dans ces collines je vide une batterie en 28km!

Sillonnant les vignes, nous parvenons à la Réole. Beau village du 13ème dont la rue pavée en descente a raison de mes freins. Françoise et Chantal nous ramènent des photos des remparts. Nous nous hydratons a la terrasse d’un café dont le patron patibulaire correspond a la caricature du français râleur. Les toilettes n’étant pas accessibles, Chantal protège le passage. Quand je demande au patron s’il envisage de faire un aménagement, il se révèle aussi borné que son service sans charme l’annonçait.

Nous reprenons la route avec nos crampes (fredo) et courbatures (tous) pour les 5km qui nous séparent de Bourdelle.
A l’issue de 40 km de cotes par cette journée ensoleillée, nous soulignons que nous avons la chance d’habiter dans une région recelant des merveilles architecturales et gustatives. Ce soir le vin bio accompagne les pâtes au pesto que nous dévorons. Miam ! Des forces pour demain: 68 km prévus !

Laisser un commentaire

Fermer le menu