Une aventure dans les marais

Les gars sont occupés à bricoler: alors on part randonner entre filles avec Audrey et Roxanne en partant de Brem/Mer vers l’Ile d’Olonne. Notre équipement: 2 Strickers et un handbike prêté par Gérard. 

Surprise en sortant mon stricker de la voiture: j’ai oublié les clés, qui restent introuvables malgré une fouille complète. Et comme le fait remarquer Roxanne, le stricker étant stocké en position verrouillé, je ne peux pas débloquer l’assistance sans clés. Arg, aucune assistance électrique, c’est une première… Enfin, c’est l’occasion d’un bon entrainement, parait que c’est tout plat par ici. Avantiii!

Après un bout de forêt nous parvenons dans le réseau de chemin qui sillonnent les marais salants brillants sous le soleil. Heureusement, une légère brise rend la température idéale pour la balade . Nous découvrons toutes au fur et à mesure l’itinéraire. Les chemins sont carossables avec parfois des ornières, heureusement que le chassis du handbike (« Top End » de Invacare) n’est pas trop bas: ça passe, et Audrey se régale!

Jusqu’à ce que tout à coup… PAF: roue avant du bike crevée, Audrey est sur la jante. Que faire? J’ai dans mon sac de secours une ampoule que je crois être une colle à expansion avec insufflateur à manomètre. Audrey se met au sol, sur le coussin du handbike, j’injecte, hourra le pneu gonfle! On est toutes joyeuses …

… quand nous entendons un « pfffffiou » qui nous indique que:
1- le pneu a un gros trou
2- mon ampoule est simplement de l’air sous pression, sans polymère. Grrr…

Et là, miracle: sur le chemin désert apparait un gars à vélo! On lui explique la situation, et il semble très heureux de nous rendre service: « J’habite à côté, j’ai une grande voiture, on vient vous aider avec ma femme ». Puis il disparait. Nous sommes inquiètes quant à la possibilité de parvenir en voiture jusqu’ici. Je vais repérer un peu plus loin, et en effet un chemin carrossable arrive à 100m. Dans la demi heure il revient avec sa femme, charge Audrey et le handbike, puis nous laissent avec Roxanne faire en vélo les 10 km restants.

Il y a bien quelques côtes trop pentues pour que je parvienne à les passer sans assistance, alors Roxanne met l’assistance de son stricker pour pousser. Mes épaules flambent, le stricker sans assistance + le fauteuil avec ses grosses roues tout terrain, c’est lourd!

Finalement il est 22h quand nous attaquons l’apéro après cette après midi riche en émotions: admiration, joie, peur, confiance, soulagement, fierté, amitié!

Epilogue: Etre en situation de demande, avant mon accident et longtemps encore après, je ne supportais pas ça. Pourtant comme dit Audrey, c’est aussi offrir la possibilité à l’inconnu de rendre service. Et certaines personnes trouvent un plaisir simple et sincère à être secourables, et là se fut une de ces belles rencontres. L’aventure à notre portée n’est plus de réussir seules, mais plutôt de vivre de beaux moments entourées de belles âmes et de bonnes ondes.

C'est bon les Roues Libérées !!

Laisser un commentaire

Fermer le menu